vétonat

Le revenu du vétérinaire: tordre le cou aux idées reçues

         Je voudrais tordre le cou à des idées reçues très répandues dans l'opinion publique. Etre vétérinaire, c'est un métier passion. On ne le fait pas pour l'argent ou alors on a été très mal renseigné. Il faut savoir que les vétérinaires font des heures, assurent souvent des permanences les nuits et les week-ends, s'investissent nerveusement et moralement à voir souffrir les animaux comme leurs propriétaires, à faire des euthanasies ou même à supporter le stress ou la colère de leurs clients endeuillés. Et que gagnent ils en contrepartie: en majorité un salaire horaire moindre que le salarié moyen. Etonnant non? Et bien il faut savoir que l'importance des charges et diverses taxes à payer par le professionel qui travaille à son compte sont si lourdes qu'il ne lui reste qu'une toute petite partie de ce que le client peut verser au moment du règlement de la facture.

 

        Le revenu moyen du vétérinaire fait partie des revenus les plus bas de l'ensemble des professions libérales. C'est moins que pour un médecin, moins que le pharmacien, moins que les dentistes. Pourquoi? Il faut savoir que pour éxercer dans de bonnes conditions le vétérinaire a besoin de salarier au minimum une assistante. Il dépense aussi des sommes très importantes pour pouvoir être polyvalent. Il doit faire des chirurgies, des hospitalisations, des radiographies, des analyses de sang et bien d'autres choses. Le local doit être suffisament grand et bien situé avec un parking pour pouvoir recevoir les animaux qui descendent de voiture. Tout celà coute très cher. Et puis la concurrence est parfois rude pour les vétérinaires canins, certainement trop nombreux, en ville en tout cas, mais le phénomène à tendance à prendre de l'ampleur un peu partout. Les vétérinaires ruraux eux ne manquent pas de travail mais se retrouvent avec de telles charges de fonctionement et des rentrées d'argent si faibles en comparaison (et oui, on ne peut pas demander des fortunes à des éleveurs qui peinent déja à faire vivre leur exploitation) qu'ils n'en retirent que très peu de revenus au final pour un mode d'exercice qui est réellement éprouvant. Enfin, il faut bien avoir à l'esprit qu'il n'y a pas la sécurité sociale pour les animaux et que quand le pouvoir d'achat des français baisse, c'est tout de suite des clients qui hésitent à franchir le seuil de la porte. Arrivée la fin du mois, il n'est pas rare de voir les clients déserter tout à fait la salle d'attente. Comment dans ces conditions pouvoir faire accepter encore une augmentation des tarifs à la clientèle comme le font les autres professionels en ces période d'inflation?

 

           Enfin oubliez l'image du vétérinaire d'il y a 20 ou 30 ans qui avait un carnet de rendez-vous plein et les poches pleines. Celà n'est plus vrai que pour certains, et surtout pas pour les jeunes qui s'installent. On assiste depuis quelques années à une paupérisation de la profession de manière générale et je pense que celà ne va pas s'arranger. Je peux illustrer mon propos: moi comme d'autres, j'ai racheté une petite clientèle canine de campagne voulant fuir la concurrence de la ville. Pourtant régulièrement je passe le plus clair de mes journées à attendre le client. Je rembourse un emprunt très lourd pour une période de 7 ans. Je paye des charges très importantes en urssaf, assedic, retraite, prévoyance et tout ce qui suit. Et bien après 7 ans d'études et tous ces efforts, je gagne l'équivalent du smic avec mes frais de voitures payés tout de même. Dans 5 ans je gagnerais mieux ma vie, environ 1000 euros de plus, mais sans grand espoir d'augmentation de mes revenus. Arriver à la veille de la retraite avec 2000 ou 2500 euros, c'est beaucoup gagner ça? Je précise que pour d'autres que moi qui travaillent à la ville c'est pire... Et oui, il y a même des vétérinaires qui mettent la clef sous la porte, ça existe!

 

            Pourtant je ne me plains pas, j'aime mon boulot, je pars travailler avec plaisir le matin. J'aimerais juste une chose, et si tout le monde pouvait lire cet article, ce serait peut être possible: c'est de ne plus voir ces regards accusateurs ou soupçonneux quand je présente une facture ou annonce mon métier aux gens...

                 



17/04/2008
5 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 47 autres membres