vétonat

15 mai: rumeurs de village

                Un petit article pour parler d'une anecdote de consultation qui fait réfléchir...

 

             Hier Mme P. m'ammène son chien Tintin pour une piroplasmose. Voilà quelques mois que j'ai vu Mme P. pour la première fois. J'ai repris le cas de Tintin derrière une consoeure qui ramait un peu à faire un diagnostique et avec un peu de recul et l'aide d'une echographie, j'ai réussi à éclaircir un peu l'affaire. Je n'en tire pourtant que peu de satisfactions puisqu'il est toujours facile de passer après quelqu'un d'autre et surtout que j'ai récupéré une cliente que je n'apprécie pas vraiment. Et pour cause, elle est presque aussi insuportable que son chien. Lui est super obèse, dominant, agressif. Elle, est vulgaire, exubérante, nombriliste et beauf à mort. Ce mercredi elle est venue avec quelqu'un de sa famille que l'on appellera Mme X parce que je ne sais même pas son nom, pour lui montrer comment qu'il est bien le nouveau véto...

 

              Je commence donc ma consultation et fais une prise de sang à notre ami Tintin que j'ai pu museler cette fois en insistant lourdement et en montrant que non, ça ne va pas l'étouffer, que c'est mieux pour tout le monde, et puisque pour un temps j'ai le statut de supervéto, je fais ce que je veux et je choisis de garder mes doigts, na! Juqu'ici ,Mme X n'a encore rien dit, elle a l'air d'évaluer ma dextérité. Mais voilà que tourne la machine qui fait l'analyse de sang et il faut bien parler un peu pour occuper le temps. Et c'est elle qui commence:

 

"Vous savez ce qui se disait de votre prédécesseur ?"

 

           Je devine ce qu'elle va me dire car je sais certains problèmes qu'a pu connaitre mon confrère à ma place, mais je choisis de faire l'innocente. Bien sur elle vient éclairer ma lanterne:

 

"Parce que vous savez il était très mauvais vétérinaire, tout le monde le savait, et puis il aimait pas les chiens, il les battait..."

 

            Bon là, je sors de ma réserve:

 

 "Tout le monde ne pouvait pas l'apprécier et c'est normal, mais beaucoup l'aimaient beaucoup au contraire et m'en parlent encore. Je pense que vous exagérez à dire ça...".

 

               Elle attendait cette réponse et jubile à l'idée de pouvoir prouver ses dires:

 

"Oui mais moi j'en sais quelque chose parce qu'il a tué mon chien..."

 

                Un silence, bien sur elle attend ma réaction et moi je joue le jeu pour voir... 

 

"Ha bon?"

 

"Oui, je lui ai amené mon pauvre chien diabétique, une bête que j'aimais énormément et il l'a battu à mort!!! Vous vous rendez compte? C'est la personne à qui j'ai donné mon chien à empailler, vous savez docteur, parce que je l'aimais beaucoup alors je voulais le garder avec moi, il m'a dit que le corps était plein d'ecchymoses et que mon chien avait été battu!"

 

          Bon je comprends mieux. C'est une de ces personnes complètement accro à son chien parce que n'ayant eu rien d'autre dans la vie et surtout pas d'enfants. Lorsque son être d'attachement a disparu, elle a cherché un coupable pour calmer ses nerfs et sa colère. Et comme elle est un peu simple d'esprit et qu'elle ne peut faire preuve d'aucun discernement, elle s'est fait un gros film pour atténuer son chagrin. Ce qui est grave, c'est que plusieurs années après, elle en parle encore. C'est le genre de personnes profondément bête mais pas forcément méchante. J'ai déjà testé, je sais que je ne lui ferai pas changer d'opinion, ça lui fait trop plaisir de raconter ça. Simplement je tente d'ouvrir son esprit à autre chose:

 

"J'ai bien du mal à croire ce que vous me racontez là. D'abord, je le vois mal être capable d'une telle chose et puis vous ne pensez pas que s'il avait voulu en finir avec votre chien, il avait des moyens plus simples que de taper dessus? Je n'étais pas là pour voir, mais il faut savoir qu'un animal alité et couché sur un grillage dur comme pouvait l'être celui des cages du chenil avant que je ne les rénove, fait fréquement des hématomes sous cutanés sans qu'on ait besoin de le battre..."

 

         Elle persiste:

 

"Mais tout le monde le sait dans le village que votre prédecesseur était un monstre. Il y a Mme intel qui m'a dit ça et puis Mme Ci qui m'a dit autre chose et bla bla et bla bla..."

 

         L'analyse est finie, on peut revenir à Tintin et c'est tant mieux parce que là je commence à en avoir ma claque. Je n'ai pas envie de jouer son jeu et veux passer à autre chose. J'espère au moins que ce que j'ai pu glisser dans la conversation fera son chemin dans ce petit cerveau une fois rentrée chez elle, mais j'en doute. La consultation se termine, je ne parle plus que de Tintin, je ne veux rien savoir de la vie de ces commères de village. Elles sortent, j'évite de sourire dès fois que ça leur donnerait envie de revenir. Voilà des clientes dont je me passerai bien volontier, même si mon planning est assez vide en ce moment.

 

           C'était hier et j'y pense encore. Rendez-vous compte comme il est dangereux de travailler à la campagne... , comme une réputation est vite faite et que vous aurez beau vous démener comme un beau diable, il y aura toujours des personnes pour vous enfoncer. Pour l'instant je ne pense pas être victime de ce genre d'attaque mais je crois que j'ai beau savoir prendre du recul par rapport à mon travail, j'en souffrirais quand même. Pas facile de se prémunir contre la bêtise de certains...

 

 

<<<   >>>



15/05/2008
4 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 47 autres membres