vétonat

11 juin: une nouvelle venue

             Pas d'articles depuis un petit moment pour cause de week-end prolongé. D'abord un passage en Bretagne pour baptème (merci Mélanie pour ton accueil sympathique et un gros bisou au petit Baptiste !), suivit d'un passage par Paris pour cause de rassemblement de jongleurs feu (un grand bravo à Patrick qui m'a vraiment épaté par son talent), tout celà pour finir dans ma Picardie natale pour fête de famille. Ouf c'est finit! Sportif tout ça. Mais au moins il est bien rentabilisé le billet d'avion...

 

             Alors voilà, je suis rentrée lundi midi et j'ai retrouvé mes clients et affaires en cours. Jeudi j'avais reçu Mr G. en consultation. Il était arrivé un peu paniqué parce que sur une portée de 10 petits chiots beagle il n'en restait plus que 3 de vivant. C'est qu'il a bien attendu pour me les amener... L'autopsie d'un des chiots morts nous a révélé une infection bactérienne généralisée. 2 des chiots restants ne présentant que peu de symptomes, il était encore temps de les soigner, 5 jours d'antibiotiques les ont remis facilement d'aplomb. Pour le dernier, une petite femelle de 3 semaines, les choses semblaient plus compliquées. Une infection assez énorme s'était développée sous la peau du ventre et avait creusé des  trous qui laissaient soudre un pus malodorant et mettaient à nu le tissus musculaire. La petite chienne était aussi assez deshydratée et présentait un abattement marqué. Mr G. ne voulait rien tenter, il voulait l'euthanasie. Il faut dire que Mr G., il ne supporte pas la vue d'une piqure (pour un chasseur, faut quand même le faire...) alors voir de tels dégats sur la petite chienne lui était assez insupportable. Moi je n'étais pas très d'accord pour l'eutha alors je l'ai convaincu de me la laisser, qu'on tenterait quand même quelque chose, et que non, ça ne lui couterait pas trop cher. Il a accepté, j'ai fait les soins locaux, réhydraté la petite chienne et lui ai injecté antalgiques et antibiotiques. J'ai laissé des consignes à France et Julie pour le week-end et suis partie mais sans grand espoir de la revoir vivante à mon retour.

 

           Je suis donc rentré à présent, et j'ai découvert avec plaisir une petite chienne pleine de vie, qui commence à vouloir manger toute seule, marcher, et vraiment, elle est trop mignone avec son pansement. Julie et France s'en sont bien occupé. Elle a eu le droit aux soins locaux tous les jours pour la plaie, rehydratation, réalimentation, calins à volonté, et même Mr France a été mis à contribution parce qu'il a bien fallu s'occuper de la petite chienne le week-end et France l'a ramené à la maison. Bien sur, ce qui devait arriver arriva et Mr France, qui est un amoureux inconditionnel des beagles depuis toujours, est tombé amoureux de la petite chienne et il a dit à France que quand même, cette petite chienne elle serait mieux à rester avec eux, qu'elle serait mieux soignée et que, puisque bientôt ils allaient avoir un jardin, ils pouvaient bien prendre un chien en plus...

 

          Alors voilà, France est venue me trouver pour me demander si je ne pouvais pas parler à Mr G. parce que décidément, ça ferait trop de peine maintenant de se séparer du petit bout. Moi, j'ai souris, amusée (Mr France, il a déjà adopté un teckel de la même façon il n'y a pas 1 an), et j'ai appelé Mr G. "Allo Mr G.? Oui, le chiot va beaucoup mieux, on s'en est bien occupé. Mais la plaie c'est pas joli, il y aura des soins à faire tous les jours encore pendant plusieurs semaines. Vous vous en sentez capable?" J'attends la réponse que je connais déjà. Mr G., il ne supporte pas la vue d'une piqure, alors faire des soins sur une plaie à vif... "Non, non, je suis bien embêté, je ne me sens pas capable. Ca va me couter cher de vous la laisser jusqu'à guérison?".  "Ha, surement un peu, mais je pense qu'on peut s'arranger..." Je lui explique que France est prête à adopter la chienne et que dans ce cas il n'aurait plus de soins à faire ni rien à payer. Bien sur il est très content et accepte volontier.

 

           Voilà, France est à présent propriétaire d'une petite chienne beagle de 3 semaines qui se nomme Rosalie. Mr France aura bien du travail à nourrir et soigner la petite, et les autres chiens de la maison vont être mis à contribution pour faire son éducation comme il faut. La petite a déjà pris 60 g et bientôt elle va pouvoir profiter comme les autres du tout nouveau jardin. Une belle histoire qui se termine bien non?

 

 

 

<<<   >>>



11/06/2008
7 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 47 autres membres