vétonat

07 septembre : les velociraptores

              Ce dimanche, nous avons décidé avec mon homme de nous inscrire à la transpyrénéenne, une rando VTT, une bonne occasion de découvrir le piémont pyrénéen et ses plus beaux sentiers. On s'est dit, super, une rando sur un itinéraire balisé avec des ravitaillements à peu près tous les 10 Kms. Pas besoin de s'arrêter toutes les 5 minutes pour lire la carte, pas besoin de porter de sac, et la bonne occasion de rencontrer plein de gens du coin ! Bon, Ok, 60 bornes et 1000 m de dénivellé, j'avais un doute. Mais nous l'avions déjà fait (les 60 bornes ou le dénivellé, mais pas encore les 2 ensemble...), en ayant toute la journée, ça devrait le faire.

 

             Mais c'était sans compter les velociraptores... En fait, le parours était plutôt fait pour eux. Les velociraptores, ce sont les dignes succésseurs de leurs ancêtres les dinosaures du cyclisme. Vous les avez surement déjà vus avec leur beau maillot jaune ou rose sur nos routes de campagnes. Vous en avez certainement dans vos connaissances d'ailleurs... Et bien les velociraptores, c'est les mêmes mais avec un VTT. Des hommes beaux, musclés, élevés aux hormones. Le velociratore prend soin de sa tenue, met le prix le plus prohibitif possible dans son matériel, qu'il entretient avec grand soin, il se rase les jambes, se la pète avec ses lunettes ultra design et surtout ... le velociraptore ne sourit pas, jamais, il ne sait pas ce qu'est l'humour d'ailleurs. Le velociraptore est programmé seulement pour accomplir une perf en VTT. Il se fait des 2000 m de dénivellé les doigts dans le nez, il aime les bonnes descentes qui tuent, les vraies, parce que le vélociraptore a de gros bras et un excédent de testostérone dont il ne sait quoi faire, alors il faut bien qu'il se défoule.

 

 

 

              Ce dimanche, nous sont donc tombés sur un lacher de velociraptores. Et bien ça fait peur sur le ligne de départ... Nous, avec nos VTT à bas prix, nos shorts et nos baskets, on avait l'air de 2 extraterrestres. Nous nous sommes donc lancés, avons tenus un peu le coup dans les cotes, mais nous sommes bien faits distancer dans des descentes tellement impossibles, qu'il était souvent nécessaire de descendre du vélo. Mon homme, il a bien essayé, mais après s'être pris son premier murier à la sortie d'un virage, il a laissé tomber. Il faut dire qu'il était tombé des trombes d'eau la veille et que non seulement le parcours en était devenu bien plus physique, mais en plus, et bien les freins pas à disque, c'est sur, avec de l'eau ça feine moins bien... N'empêche que nous sommes arrivés jusqu'au bout, presque derniers mais fiers quand même... (même si il m'a fallu 3 jours pour m'en remettre)

 

attention, chutes de VTTistes

 

           Bon, ce que je reproche aux velociraptores, c'est pas tant qu'ils soient des supers sportifs, c'est que ce sont des gens tristes et vraiment victimes de la société de consommation. Aux ravitaillements, heureusement, en se trouvant parmis les derniers, on en a bien trouvé quelques uns avec qui plaisanter, parce que les autres, et bien ils n'ont pas du tout d'humour (ou bien c'est nous ?). Ou peut être qu'il y a un humour spécial VTTistes auquel nous, pauvres humains, ne savont rien comprendre ? Les velociraptores, quand ils ne se regardent pas entre eux, ils parlent matériel et performances. "Et toi, tu as vu le dernier XB256 ? Et tu prends quoi comme régime hyper protéiné ? Quoi, tu n'as pas encore de GPS, mais comment tu fais pour trouver ton chemin ???"

 

           Donc, la transpyrénéenne, sympa pour les paysages, mais des parcours pas très roulants à moins d'avoir investi 1000 euros au minimum dans le matériel, et surtout, une ambiance qui laisse à désirer. En tout cas ce n'est pas la faute des organisateurs qui ont fait un super boulot, et je les en remercie. Malgré tout, pas sur qu'on revienne l'année prochaine... Tant pis, on reprendra notre carte (non, nous, on n'a pas de GPS, on sait encore lire une carte), nos casse-croutes et on se lancera à nouveau seuls à l'aventure sur les sentiers pyrénéens. Mais c'est quand même dommage non ?

 

 

 

<<<   >>>



11/09/2008
4 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 47 autres membres